Légende tahitienne

cropped-240_F_31746828_vwntqlj7emnEByxoTe0kc0GjetrZ4jYp.jpg

Chaque enfant nait avec un bol de lumière, un bol de lumière parfaite.
Si l’enfant prend bien soin de la lumière, et si ses parents l’aident et l’encouragent à le faire, elle grandira et deviendra forte. L’enfant sera alors capable d’accomplir de nombreuses choses, comme nager avec les raies mantas, chevaucher les chevaux sauvages, et même voler avec les oiseaux. Il pourra vivre de belles expériences et  beaucoup de choses agréables au cours de sa vie.
Cependant, il y a parfois des choses négatives qui entrent dans la vie d’un enfant . . . des blessures, des colères, des jalousies, des douleurs . . . et ces blessures, ces colères, ces jalousies, ces douleurs deviennent comme des pierres qui tombent au fond du bol et cachent ainsi  la lumière. Continuer la lecture de Légende tahitienne 

Le crayon

Le petit garçon observait son grand-père en train d’écrire une lettre. A un moment donné, il demanda : « Est-ce que tu racontes une histoire qui nous est arrivée ? Et est-ce que par hasard cette histoire parle de moi ? »

Le grand-père arrêta d’écrire, sourit, et dit à son petit-fils : « Oui, ça parle de toi, c’est vrai. Mais le crayon dont je me sers est plus important que les mots que j’écris. J’espère que tu lui ressembleras quand tu seras grand. »

Le garçon examina l’objet avec curiosité, mais ne lui trouva rien de particulier. « C’est un crayon comme tous les crayons que j’ai vu dans ma vie ! » crayon Continuer la lecture de Le crayon 

La vie est comme une tasse de café.

Un groupe de diplômés universitaires qui poursuivaient chacun une carrière très brillante et prospère, partent un beau jour rendre visite à leur vieux professeur d’université. Très tôt, la conversation tourne autour du stress au travail et dans la vie, dont se plaignent amèrement le groupe de visiteurs.
Voulant leur offrir du café, le professeur se rend dans la cuisine et revient avec une cafetière et une grande variété de tasses : en porcelaine, en plastique, en verre et en cristal. Certaines d’entre elles sont d’un design ordinaire, d’autres plus dispendieuses ou raffinées.
Continuer la lecture de La vie est comme une tasse de café. 

Parce que je suis vivant et que je le sais

 

« Au milieu de cette grogne, je me rends compte que je suis un homme heureux. Parce que j’aime la pluie autant que le vent, et le soleil comme la pluie, le froid comme le chaud, l’hiver comme l’été, le pire comme le meilleur. Toujours ce qui est, au lieu de ce qui aurait pu être. Parce que je suis vivant et que je le sais …

 Savez-vous bien que vous êtes vivant ? Savez-vous le savoir à tout instant ? Vous êtes une merveilleuse machine à recevoir les joies, celle de la goutte de pluie sur la main comme de la musique ou de la statue, ou de l’ourlet de soleil au bord d’un nuage ou de la fraîcheur d’un fruit ou de l’odeur d’une rose. Ou la joie de respirer.  […]

 Si l’on ne sait pas goûter la joie miraculeuse de voir, alors comment goûter ces bonheurs exceptionnels d’un ciel de nuit de Provence, d’un soleil de printemps sur la Seine, d’une adolescente qui marche, d’un enfant qui rit ?  […]

Continuer la lecture de Parce que je suis vivant et que je le sais